<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://px.ads.linkedin.com/collect/?pid=1016474&amp;fmt=gif">
Renaud Beaufils
De Renaud Beaufils, le 03 août 2021

Les tics du quotidien : se gratter dans les situations de stress

Avez-vous déjà eu l’occasion d’observer ce phénomène ? La personne en face de vous se gratte, au moment où elle évoque un sujet délicat ou embarrassant.

Vous lui faites remarquer poliment. Elle vous regarde toute surprise et vous avoue qu’elle n’en avait pas conscience !

Observons cela à travers les méthodes d’analyse de la communication non-verbale : la synergologie.

Les raisons impérieuses

D’un point de vue médical et physiologique, on peut identifier quatre (bonnes) raisons de se gratter :

  • les piqûres d’insecte

  • les problèmes de peau (eczéma, urticaire, psoriaris)

  • les maladies type varicelle

  • les allergies

Ces phénomènes peuvent être très handicapants mais ils touchent heureusement peu de monde.

Pourtant, cela n’empêche pas beaucoup de nos concitoyens de se gratter de façon régulière, surtout lorsqu’ils se trouvent en situation de stress.

Le rempart contre les émotions négatives

Ce phénomène est bien connu des professionnels de la santé et des observateurs de la nature humaine (dont l’incroyable neuropsychiatre Boris Cyrulnik).

Grâce au travail de quelques dermatologues, on en sait maintenant un peu plus sur le rôle de ce tic.

Il semble que le fait de se gratter permet de réguler les émotions, ou d’accéder plus facilement à la mémoire. Lorsque qu’un évènement provoque une émotion négative, l’acte de se gratter permet de se protéger, et donc de la rendre plus supportable.

La démangeaison provoquant le grattage intervient dans une partie du corps en lien avec l’émotion ressentie.

Anatomie du malaise

En pratique, la zone qui démange est signifiante : les démangeaisons se situent pour la plupart au niveau de la tête, notamment au sommet, et sur l’arrière de la tête.

  • le cou

Le cou est la zone de la communication par excellence. C’est par là même que la voix circule.

En entretien, lorsque vous observez un candidat se gratter dans le cou, surtout sur l’arrière, cela devrait attirer votre attention.

  • les yeux clos

On se gratte souvent les yeux (fermés) quand on ne veut pas voir une réalité.

  • l’extérieur de l’avant-bras

Se gratter l’extérieur de l’avant-bras est souvent un signe de protection, face à une agression ressentie.

Lorsqu’un candidat se met à se gratter le cou, l’extérieur de l’avant-bras ou les yeux, peut-être serait-il utile de poser davantage de questions sur ce dont la personne parlait au moment où elle s’est grattée ?

Une attention particulière à ces signaux faibles permet de mieux cerner le candidat.

Alors, n’oubliez pas : posez des questions quand vous voyez quelque chose qui sort de l’ordinaire, et particulièrement une démangeaison !

Rédigé par Renaud Beaufils, 03 août 2021
Renaud Beaufils