Observation du langage non-verbal : la goutte de malaise

boire de l'eau lors d'un entretien d'embauche

Un client dans un bar qui suçotte le bout de son stylo en contemplant les notes qu’il était en train d’écrire, votre ami qui remet ses lunettes en place alors que vous voyez bien qu’elles étaient dans une position tout à fait acceptable, … Les êtres humains sont constamment en train de manipuler des objets dans leur vie de tous les jours.

Un père et sa fille, Alain Delon et Anouschka se retrouvent sur un plateau télé pour discuter d'une nouvelle pièce de théâtre dans laquelle ils jouent. Après les effusions du début, Alain Delon parle de son amitié sincère avec Jean-Marie Le Pen. Tout à coup, Anouchka se saisit de son verre et frotte la table du plat de sa main (à retrouver à la 12:16). La même chose se reproduit lorsque sont évoqués les guerres que se livrent par médias interposés Anthony Delon et son père (19:21 ). 

Ce sont des gestes auxquels on ne fait en général pas attention. 

 

La fille a du mal à cacher ses désaccords avec son père

 

Etude de l'objet et objet de l'étude

 La discipline dite de synergologie en a fait un objet d'étude de tout le champ du non verbal pour pouvoir éclairer et apporter des réponses aux questionnements sur le langage corporel.

Un synergologue estime que le cerveau et le corps sont une entité unique, constitutive de l'être. En décodant les gestes et le corps, on peut donc observer l’esprit en mouvement. De cette constatation, est né le projet synergologique.

Des possibilités d'observation sans limites 

Certains gestes ont été appris, codifiés au fil du temps, comme le marteau de président du commissaire qui s’abat lorsqu’une enchère est adjugée ou le professeur tassant ses feuilles pour signifier la fin d’un cours.

Pour tous les autres, en apparence plus anodins et plus spontanés, il y a énormément de choses à voir en observant quelqu’un manipuler un objet au cours d’une conversation. 

En synergologie, il existe un geste particulièrement intéressant à observer, celui de la gorgée d'eau que l'on va aller prendre dans un verre d’eau (ou autre boisson) posé devant soi.

Un geste assez anodin semble-t-il?

Pour la plupart d’entre nous, cette sensation est familière : en pleine conversation, à un moment on se retrouve avec un verre à la main, une gorgée d’eau dans la bouche, et on se dit qu’on n’avait pas vraiment soif. 

Qu’est-ce qui nous a poussé à boire à ce moment précis alors qu’on n'en éprouvait pas le besoin ?

Boire un verre quand on n’a pas soif est une stratégie inconsciente, qui permet déjà de gagner du temps quand on est mal à l’aise, de détourner l’attention du malaise. On utilise alors l’expression “boire son malaise” 

On peut en voir un exemple amusant dans cette série humoristique québécoise (regardez à partir de 03:44 pour avoir le contexte, le geste se produit à 04:03) ou des personnes d'un certain âge se comportent de manière complètement inappropriée.

caméra cachée : des personnes âgées se comportent mal et créent le malaise

 

Le langage corporel en entretien d'embauche 

Parmi les moments de la vie particulièrement chargés en émotion, on retrouve l'entretien d'embauche, ou le candidat cherche tout à la fois de démontrer ses compétences, avoir l'air professionnel et être à l'écoute.

S'agissant du verre d'eau, le comportement du candidat est généralement toujours le même. Si le candidat a soif en arrivant, il va boire 

C'est le cas par exemple du candidat qui a couru pour arriver à temps au rendez-vous. Il va boire son verre d’eau d'une traite en arrivant.

Il ne boira plus pendant tout l’entretien, sauf pendant les moments où il sera embarrassé.

Lorsque cela se produit, on retrouve ces trois cas de figure :

  • Le candidat exprime verbalement une situation où il a été mal à l’aise. Il n'y a pas de discordance entre le verbal et le non-verbal. Ce comportement est plutôt encourageant sur la sincérité du candidat.
  • Le candidat boit son verre d'eau mais n’exprime pas verbalement ce qui l’a mis mal à l’aise. Ce sera peut-être alors une occasion de creuser pour en savoir plus.  Mais en évitant d'exprimer le fait que vous avez vu un malaise dans son comportement non-verbal, ce qui l'embarrasserait probablement ( ce n'est pas le but recherché). Vous pouvez aussi revenir  sur le sujet plus tard, une fois que la tension est redescendue.
  • Soit le candidat avait réellement soif … Ce cas-là est rarissime mais toujours possible 😅 

(Il semble en effet que le candidat n’ait pas conscience de sa soif quand il est concentré sur l’entretien)

En conclusion, proposez toujours un verre d’eau  à vos candidats en arrivant à l’entretien.

Cela évitera une gêne physique chez le candidat s’il arrive assoiffé à l’entretien. Cela sera aussi une aide précieuse pour arriver à une conversation authentique avec votre candidat.

Observez vos propres comportements et émotions lorsque vous faites vous-même le geste de boire une gorgée d'eau. La clé de compréhension du non-verbal passe par aussi l’auto-observation 🔍

Lorsque vous serez capable de déceler à posteriori une émotion particulière que vous avez ressentie alors qu'au même moment votre corps avait une certaine réaction, vous aurez d'autant plus de facilité à lire le langage corporel des autres.

Cela indique que vous faites preuve d’empathie, et c’est une belle ( et utile) vertu dans le recrutement !

Renaud Beaufils est Head of the Project Team, IT France chez CHANEL et diplômé de l'institut Européen de Synergologie

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que l'auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de CleverConnect.