<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://px.ads.linkedin.com/collect/?pid=1016474&amp;fmt=gif">
De CleverConnect, le 29 mars 2022

La digitalisation au service de la fidélisation des équipes recrutement

En matière de digitalisation, on a beaucoup parlé de l'expérience candidat. Ainsi, de la direction jusqu'aux collaborateurs en passant par les recruteurs, tous ont été sensibilisés et sont devenus acteurs de cette digitalisation. 

Utiliser les nouveaux outils du numérique est devenu la norme pour attirer, convaincre, recruter et fidéliser de nouvelles recrues au sein d'un marché de plus en plus tendu. Mais, qu'en est-il de l'expérience recruteur ? Eux qui sont des salariés comme les autres. Eux qui peuvent aussi changer d'entreprise. 

Qui sera sur le front du recrutement si personne ne les fidélise ? Après tout ce qui a été déployé pour les candidats, quelles actions ont été menées pour faciliter la vie des recruteurs ? C'est précisément le sujet de notre article !

La Grande Démission des recruteurs ?

On en parle depuis plusieurs semaines : l'arrivée de la "Grande démission" (Big Quit) en France. Ce phénomène, venu des États-Unis, concerne toutes les catégories socio-professionnelles, qui démissionnent afin de redonner un sens à leur existence. Les chiffres ont de quoi donner des sueurs froides : plus de 4 millions de démissions enregistrées chaque mois, depuis juillet 2021 aux États-Unis. En France, un léger frémissement se fait sentir. Quand on sait que 87% des entreprises estiment avoir des difficultés à recruter (source : Apec 2021), faute de main d'œuvre, difficile d'être optimiste. De quoi compliquer davantage la tâche des recruteurs. Mais alors, comment proposer une expérience candidat qualitative permettant de gagner la guerre des talents si l'expérience recruteur ne l'est pas ?

Les recruteurs sont des salariés comme les autres

Dans un contexte économique plus difficile, le recrutement doit être plus performant, et ce, sur de nombreux aspects : efficacité, rapidité, conversion. En cumulant l'exigence croissante des candidats à la pénurie de certains profils, on ne parle plus de performance, mais d'hyper-performance. Les recruteurs sont en première ligne et ont besoin d’être soutenus plus que jamais. Ils sont la vitrine de l'entreprise, les premiers ambassadeurs que les candidats voient et sollicitent, les étendards de la marque employeur.

D'abord salariés, avant d'être une fonction, les recruteurs aspirent à être heureux au travail et à avoir un impact positif. Ils veulent pouvoir se développer, évoluer et progresser. Ils veulent aussi être reconnus et valorisés. Et, comme tout salarié, ils veulent prendre du plaisir dans leur travail afin de pouvoir apporter le meilleur d’eux-mêmes. Pour cela, ils ont besoin de se sentir bien au sein de l’entreprise. Or d’après une étude d’Aptitude Research, une tiers des recruteurs américains envisagerait de quitter son emploi en 2022. Et la moitié d’entre eux resteraient s’ils avaient les bonnes technologies pour faire leur travail.

Se sentir bien passe par plusieurs éléments, comme le fait d'être bien outillés et d'être mis en condition de réussite. C'est précisément ici que la digitalisation entre en scène.

Le tout digital sera-t-il une solution ?

Le tout digital pourrait jouer un rôle dans la fidélisation des recruteurs. Rappelons que la digitalisation se définit par le recours aux outils numériques comme des solutions collaboratives, des logiciels d'intelligence artificielle, les réseaux sociaux, des applications mobiles, etc. Ces outils peuvent permettre de simplifier la vie des recruteurs et d'améliorer leur quotidien au travail.

En étant moins surmenés, les recruteurs peuvent mettre leur énergie sur les bons candidats, gagner en réactivité et donc en performance. En effet, s'il y a trop de complexité dans les processus, cela impactera négativement le recrutement, avec pour résultante des candidats et des recruteurs peu engagés. La digitalisation, combinée à l'automatisation, facilite le quotidien du recruteur. Ainsi, on passe d'un métier multitâche hyper complexe à un quotidien centralisé, donc simplifié.

Dans un environnement digitalisé, les recruteurs ont aussi une meilleure visibilité sur les besoins de leurs Hiring Managers, ainsi que sur les attentes des candidats. Les données numériques permettent également de mesurer la performance du processus de recrutement, d'identifier les causes de ralentissement ou d'échecs et donc de permettre des ajustements en temps réel.

Pour aller plus loin, la digitalisation s'est illustrée avec le déploiement quasi systématique du télétravail, quelle que soit la taille de l'entreprise. De nouvelles habitudes et de nouveaux liens ont pu se créer malgré la distance. Se pose alors la question du taux d'équipement des recruteurs ? Et aussi de la faisabilité technique d'un processus de recrutement 100% digitalisé et collaboratif ?

La digitalisation du process de recrutement, on en est où ?

Digitaliser pour performer

Digitaliser le processus de recrutement revient à recruter autrement. Plus rapidement, plus efficacement, plus collectivement. Les recruteurs, de par leur métier multitâches, jonglent entre plusieurs outils. Certains sont équipés, d'autres sous-équipés voire parfois, suréquipés. C'est là toute la complexité, car certains outils permettent une prise en charge centralisée avec par exemple la gestion d'un site carrière, un ATS (Applicant Tracking System), un volet onboarding, etc. D'autres sont plus fragmentés, traitant les besoins à l'unité. Or, pour que la digitalisation fonctionne et que les recruteurs puissent en tirer un maximum de bénéfices, l'idée n'est pas de multiplier les intermédiaires, mais plutôt d'avoir une approche centralisée.

Rappelons ici les nombreux points positifs d'une transformation digitale du recrutement :

  • Un process est plus rapide
  • Des candidats plus autonomes
  • Le coût est moins élevé pour l’entreprise
  • Le quotidien du recruteur est simplifié
  • La nouvelle organisation permet une meilleure collaboration au sein de l’entreprise

Et dans les faits, comment se traduit cette digitalisation dans les organisations et services recrutement ?

 

Digitaliser pour réhumaniser

Quand on parle d'expérience recruteur, on parle de la perception que les recruteurs ont de leur quotidien. S'ils ont le sentiment que leurs journées sont interminables, qu'ils n'ont pas les bons outils, que les process sont chaotiques, qu'ils ne sont pas performants, alors, il y a un risque d'épuisement.

Nous l'avons vu, digitaliser revient à simplifier le quotidien des recruteurs. L'objectif n°1 est de les rendre plus performants. L'objectif n°2 est de leur fournir un cadre de travail plus épanouissant favorisant leur fidélisation. En effet, s'ils se sentent efficaces et compétitifs, donc bien dans leur entreprise, ils n'iront pas voir si l'herbe est plus verte ailleurs.

Les candidats attendent des recruteurs une vraie prise en considération et de la personnalisation. Ils veulent être traités avec soin et respect. Si le recruteur n'a pas le temps de traiter l'intégralité de ses missions, qui fait les frais du manque de temps des recruteurs ? Les candidats.

Comment aller encore plus loin dans l’optimisation du process de recrutement ?

 

Automatiser les tâches à faible valeur ajoutée

L'objectif n'est pas de supprimer toute activité humaine, mais plutôt de s'en servir de façon pertinente. Plus la solution est intuitive, plus le recruteur est performant. Parmi les tâches automatisables, on pense spontanément au tri des CV (83% des entreprises utilisent déjà des logiciels pour trier les candidatures - Apec 2017), au multiposting d'annonces (79% des entreprises utilisent déjà des logiciels pour diffuser des offres d'emploi - Apec 2017) ou encore à la planification des entretiens.

 

Simplifier les processus

Réduire le nombre de tâches à réaliser pour optimiser le temps des recruteurs permet de mieux gérer son temps, et donc d'optimiser le processus de recrutement de bout en bout. Ainsi, depuis la gestion des candidatures, en passant par la communication avec les candidats, l'entretien et l'animation d'un vivier, sans oublier le site carrière, tout peut être simplifié à l'aide du digital.

 

Remettre la data au cœur des optimisations

Digitaliser permet d'avoir accès à des datas précieuses et donc d'initier des KPI pour évaluer le niveau de performance de différents indicateurs. On pense notamment au "Time to Hire", au tracking des sources de candidatures, au taux de conversion de visiteurs en candidats… Autant de données qui permettent de piloter la performance du recrutement.

 

Décloisonner le recrutement

Enfin, qui dit digitalisation dit décloisonnement du recrutement. Autrement dit, vision collaborative avec l'ensemble des parties prenantes du processus : les Hiring Managers, les équipes RH, les collaborateurs, les candidats. On pense notamment à la simplification des démarches de cooptation, d'animation du vivier, d'évaluation de la satisfaction des candidats (NPS).

Les outils numériques du recrutement n'ont pas seulement vocation à améliorer l'expérience candidat. Ils participent aussi par effet miroir à l'expérience recruteur, via une simplification et une centralisation des missions. Les recruteurs, délestés de tâches chronophages, peuvent mettre l'accent sur des actions à fort potentiel comme l'évaluation, le closing candidat ou encore l'animation de leur vivier. Digitaliser, c'est simplifier, mais aussi par extension fidéliser une population de recruteurs de plus en plus tiraillée par les tensions du marché.

N'hésitez pas à nous contacter pour découvrir l'intégralité de nos solutions digitales !

Rédigé par CleverConnect, 29 mars 2022