<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://px.ads.linkedin.com/collect/?pid=1016474&amp;fmt=gif">
Amelie Perrier
De Amelie Perrier le mars 06, 2020

Égalité professionnelle : inventaire du sexisme ordinaire en 2020

Qu'est-ce qui freine en 2020 la progression des femmes dans le cadre du travail ? 

Meteojob a interrogé des hommes et des femmes pour connaître leur ressenti sur l’évolution de la situation des femmes en entreprise.

A la suite du mouvement de libération de la parole des femmes déclenché par l’affaire Weinstein le nombre de plaintes déposées pour des agressions et violences sexuelles a fortement augmenté en France depuis 2017 (aux alentours de 13%).

Le retentissement de l'affaire débutée à Hollywood a eu des effets concrets et immédiats dans le quotidien des françaises. Les femmes ne tolèrent tout simplement plus de se faire harceler ou agresser et elles n’hésitent plus désormais à passer par la voie légale.

Quand est-il en revanche en entreprise ? Est-ce que seule la compétence compte ou bien un sexisme insidieux vient encore enrayer la progression des femmes dans le cadre du travail

Une femme témoigne : "On privilégie les hommes pour des postes de cadres supérieurs pensant qu’ils seront plus efficaces et moins absents. Les vieux clichés ont la vie dure !"

Décalage entre la perception de la situation globale (mauvaise) et sa situation personnelle (bonne)

Egalité salariale ? Congé parental ? Evolution de carrière ? Pour 58% des personnes interrogées la situation des femmes n’évolue pas beaucoup au travail.

Le gouvernement a choisi de montrer du doigt les entreprises qui n’en faisaient pas assez pour l’égalité hommes-femme avec le “name and shame” ? Les Français interrogés sont prêts à aller plus loin : ils sont 88% à vouloir des sanctions pour ces sociétés !

Mais les femmes et les hommes questionnés sont dans l'ensemble moins sévères avec leur propre entreprise (actuelle ou passée). Ils estiment que leur employeur traite femmes et hommes de la même façon et offre les mêmes opportunités à chacun.

Le souhait d’être mieux informé

Les hommes souhaitent-il un rallongement de la durée du congé parental ?

Seulement 20 des français interrogés considèrent que l'allongement du congé paternité serait une mesure

efficace à mettre en place

 

Parmi les pistes à explorer pour réduire les inégalités et les discriminations, les interviewés pensent qu’il faut avant tout faire preuve d’une meilleure pédagogie. Il plébiscitent la transparence des salaires (57%), souhaitent que l’on encourage une meilleure communication sur les obligations de l’égalité de traitements (48%) et sont ouverts à l'idée de proposer une grille d’évolution de carrière accessible à tous.

A l’inverse, seules 20% des personnes interrogées pensent que l’allongement du congé paternité contribuerait à réduire les inégalités… de ce point de vue il semble que le partage des tâches au sein des couples est un combat loin d’être gagné ♀️♂️

Bien que les autorités aient mis en place certains outils pour palier aux différences entre femmes et hommes en entreprise ceux-ci manquent énormément de visibilité : 85% des français ne connaissent par exemple pas l’existence d’un Index National de l’égalité salariale Femmes - Hommes qui oblige les entreprises de plus de 50 salariés de calculer et publier leur index de l’égalité professionnelle.

Certains hommes semblent penser que la loi est désormais devenue trop favorable au sexe faible : "L'égalité salariale entre hommes et femmes s'est bien améliorée selon moi. Sauf que maintenant l'évolution pour les hommes devient impossible car les dirigeants préfèrent faire évoluer des femmes au lieu des hommes. La raison étant de coller pour eux au mieux à la loi."

Une différence de traitement jusque dans le processus de recrutement

Parmi les femmes que nous avons interrogées, à la question “Avez-vous déjà été victime de discriminations ou de violences lors de votre recherche d'emploi ou bien dans le cadre de votre travail ?” 28% ont répondu par l’affirmative s’agissant du processus de recrutement et 35% des femmes considèrent avoir été victimes de discrimination ou de violence dans le cadre de leur travail. Du chemin reste à faire !

 

Source : Enquête menée par Meteojob en mars 2020 auprès d’un panel de 516 hommes et femmes.

Publié par Amelie Perrier mars 6, 2020
Amelie Perrier