<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://px.ads.linkedin.com/collect/?pid=1016474&amp;fmt=gif">
Lilou Rollin
De Lilou Rollin, le 23 juillet 2018

Comment évaluer les soft skills lors du parcours candidat ?

Depuis quelques années,  les soft skills prennent de plus en plus d’importance dans les processus de recrutement, étant souvent aussi décisives que les hard skills des candidats. Qu’entend-on par ce terme ? Et surtout, comment évaluer ces compétences dites “douces” lors du parcours candidat pour recruter les meilleurs talents ?

Comment évaluer les softs skills en 3 étapes ?

Les soft skills sont des compétences directement liées aux qualités humaines des candidats : ce sont des compétences comportementales, relationnelles et émotionnelles.
Voici 3 étapes inscrites dans le processus de recrutement qui vous aideront à les évaluer.

  1. Évaluez les soft skills avant l’entretien d’embauche

a) Le cv

Souvent premier élément dont dispose un recruteur, le CV est une vitrine pour identifier les soft skills dont dispose un candidat. Observez le résumé, les catégories “compétences”, “centres d’intérêt” ou “expériences professionnelles” : certaines soft skills vont se dégager. L’entretien sera l’occasion de les tester !

b) L’entretien vidéo différé

L'entretien vidéo est un outil qui permet de mieux évaluer les soft skills, dès le début de votre processus de recrutement.

L’entretien vidéo différé est un entretien asynchrone : vous définissez vos questions à l’avance et les envoyer aux candidats. En regardant des vidéos, plutôt qu’en lisant des CV, vous observerez d’abord des qualités humaines, avant des compétences techniques.

Ainsi, vous apercevez une personnalité et des compétences comportementales. Les profils atypiques ne sont ainsi plus écartés comme sur une sélection sur une base CV.

En fonction des soft skills nécessaires pour le poste et pour l’entreprise en général, Visiotalent vous donne accès à une bibliothèque de plus de 250 questions pertinentes à poser, car les bonnes questions font les bonnes réponses !

c) Les tests de personnalité

Un autre moyen couramment utilisé pour évaluer ces compétences informelles est d’avoir recours à des tests de personnalité (Le MBTI, le PAPI, le SOSIE, le BIG FIVE) basés sur des études éprouvées de neuroscience. Ces tests permettent de mettre en évidence des traits de caractère et des comportements que le candidat est susceptible d’adopter dans des situations définies.

Ils permettent même parfois de connaître le taux d’affinité entre un manager et son futur collaborateur ! Des tests comme le PAPI ( Personality and Preferences Inventory ) vous aideront à mieux connaître vos candidats !

2. Évaluez les soft skills durant l’entretien

a) Les mises en situation - role play

Comment faire ressortir des softs skills liées au poste à pourvoir ?

Faites une mise en situation en simulant des interactions fréquentes à ce poste : assignez un rôle au protagoniste, avec quelques informations sommaires. Place à la mise en scène !

Comment le candidat va-t-il gérer un problème spécifique ? Moins formel et parfois déstabilisant, cet exercice est très intéressant pour observer les réactions et déceler un certain nombre de softs skills :

-la capacité d’adaptation
- la réactivité
- la gestion du stress
- l’autonomie
-la créativité
-le leadership
-la capacité à travailler en groupe

b) Avez-vous déjà testé la gamification dans vos recrutements ?

Le recrutement par le jeu vous permettra d’instaurer davantage de complicité avec votre candidat. C’est un moyen ludique et original de tester avec précision les aptitudes et compétences...et s’il est pris dans le jeu, il en oubliera qu’il est évalué en même temps !

Escape games, hackathons, challenges, serious games, le choix est large et adapté à chacun de vos objectifs pour recruter vos futurs talents.

c) Les travaux collectifs

Confronter votre candidat à d’autres candidats permet de révéler ses capacités relationnelles (sa capacité de travailler en équipe). Ce type d' exercice est souvent en lien avec le poste à pourvoir mais les thèmes peuvent être variés. Exemple : “Vous avez 1h pour confectionner le lancement d’un nouveau produit”. Dans le temps imparti, vous pourrez tester la personnalité du candidat : est-il un bon communicant, à l’écoute, dans l’observation, en retrait, dans une posture dominante ?

Elodie Baussand, associée fondatrice en charge des RH et du projet d'entreprise chez Tenzing Conseil, voit les bénéfices de l’entretien collectif : 

"Chez Tenzing Conseil nous proposons une étude de cas collective dont l’objectif n’est pas de noter un résultat final (le travail sera bien souvent imparfait) mais de valider les mécanismes mis en place, qui sont un bon indicateur de la marge de progression possible.”

d) L’étude de la communication non-verbale

La plupart des candidats se concentrent sur la préparation de ce qu'ils vont dire et les réponses à donner, sans examiner leur assurance, ce qui est approprié pour un entretien et comment l'améliorer pour projeter le meilleur d'eux-mêmes. Or, savez-vous que la communication non-verbale représente 65-95% de notre communication globale ? Complémentaire à la communication verbale, elle peut donc vous aider à déceler des soft skills !

Le body language est un indicateur pertinent des softs skills. Alors si votre candidat ne vous regarde pas dans les yeux ou se gratte le bras, ce n’est sûrement pas anodin ! Sachez interpréter les signaux faibles qui indiquent sa capacité à gérer le stress, son aisance à s’exprimer en public, etc. D’ailleurs peut-être existe-t-il des dissonances entre le candidat “à l’écoute”, “ambitieux” du CV et son réel comportement. Alors ouvrez les yeux car chaque détail compte.

Vous voulez tester des soft skills en particulier ? En préparant une liste de questions, vous ciblez avec précision les talents que vous recherchez.

3) Evaluez les softs skills après l’entretien

Après l’entretien, le comportement du candidat peut encore vous surprendre (et vous donner des indications sur son tempérament).
Le candidat est-il réactif et motivé à garder le contact après l’entretien ? Par exemple, en écrivant un mail après l’entretien ou en relançant pour avoir des nouvelles de l’avancée du processus de recrutement, le candidat montrera sa motivation.

Les prises de références sont également un bon moyen d’approfondir la personnalité du candidat auprès de ses anciens employeurs ou collègues.

L’impact de l’évaluation des softs skills sur votre recrutement

Analyser les soft skills permet de :

1. Réduire le turnover car un candidat qui fit bien avec l’entreprise est un futur collaborateur qui se sentira bien !

François Gautier, Talent Acquisition Manager chez Ubisoft, témoigne de l’importance du culture fit chez le leader du gaming :

“Nous sommes très vigilants sur la capacité de nos recrues à prendre en compte les différences culturelles, car chez Ubisoft chacun est amené à collaborer avec des équipes distribuées, basés sur d’autres continents, vivant sur d’autres fuseaux horaires… Avoir les bonnes hard skills est suffisant, il faut aussi les bonnes soft skills pour évoluer dans un contexte international.”

2. Éviter les erreurs de recrutement qui coûtent cher aux entreprises. En moyenne, le coût d'un recrutement tourne entre 5000 et 8000 euros en France ! Mais le coût d’un recrutement raté varie entre 30 000€ et 150 000 € !

Vous voulez tester des soft skills en particulier ? En préparant une liste de questions, vous ciblez avec précision les talents que vous recherchez.


Retrouvez toutes les questions à poser à un commercial B2B ici !

New call-to-action

Rédigé par Lilou Rollin, 23 juillet 2018
Lilou Rollin