<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://px.ads.linkedin.com/collect/?pid=1016474&amp;fmt=gif">
Philippe de Rosnay
De Philippe de Rosnay le juillet 13, 2021

Ce que le marché du recrutement nous réserve

En ce début d’été, la météo semble au beau fixe pour l’emploi.

Le baromètre du climat des affaires élaboré par l'Insee nous annonce un moral des chefs d’entreprises au plus haut depuis 2008 tandis que la Banque de France a relevé à 5,75 % ses prévisions de croissance en France pour 2021. Incidemment, les recrutements sont en hausse : d’après l’enquête de référence “Besoins en Main-d’Oeuvre” publiée chaque année par Pôle Emploi, 2 723 000 projets de recrutement sont prévus en 2021, soit 30 000 de plus qu’en 2019.

Cette dynamique se confirme chez Beetween. Nous avons constaté une augmentation de plus de 114% du nombre d’offres publiées via notre logiciel de recrutement entre juin 2020 et juin 2021. Les chiffres de nos partenaires vont dans le même sens. Sur le site emploi Meteojob, le nombre d’offres disponibles a dépassé les 230 000 : un record historique. Les entreprises semblent ainsi rattraper les recrutements qui avaient été gelés ou reportés du fait de la crise sanitaire et des confinements successifs. La tendance est même au renforcement des équipes, en vue d’accompagner la reprise économique. 

Toutefois, si le nombre d’offres d’emploi augmente, ce n’est pas le cas du volume de candidatures.

Pour preuve : les entreprises ont reçu en moyenne 9 candidatures par poste en juin 2021, contre 15 en juin 2020 sur notre solution de recrutement. Cela ne signifie pas forcément que le nombre de candidatures a diminué. En juin 2021, les entreprises utilisant notre logiciel ATS ont reçu ou ajouté pas moins de 120 066 CV sur notre plateforme, soit 23% de plus que l’année dernière ! Mais cette dichotomie entre le volume d’offres et le volume de candidatures pousse certains recruteurs à se questionner : il y aurait moins de candidats qu’avant ?  

Non, le nombre de candidatures n’a pas diminué. Bien qu’il n’ait pas suivi l’évolution du nombre d’offres d’emploi disponibles, il a augmenté. Le contraire eut été étonnant si l’on considère l’augmentation du chômage en France du fait de la crise sanitaire. 

Mais alors, pourquoi certains secteurs d’activité, certaines entreprises rencontrent des difficultés à recruter ? Plusieurs facteurs sociétaux sont à prendre en compte. 

Tout d’abord, si certains secteurs sont effectivement victimes d’une pénurie de candidats sur les métiers en tension (comme les métiers du BTP, de la santé ou de l’action sociale), ce n’est pas la principale difficulté de recrutement anticipée sur les projets de recrutement 2021. D’après l’enquête BMO de Pôle Emploi, c’est l’inadéquation des profils reçus qui est majoritairement problématique, juste devant les conditions de travail

Ce qui m’amène au deuxième facteur important : l’évolution des aspirations personnelles et professionnelles des candidats, suite à ce qu’ils ont pu vivre lors des confinements successifs. En effet, en parallèle de la reprise économique, les entreprises doivent faire face à une hausse significative de leur turnover.

D’après une enquête publiée par l’Institut BVA pour Visiplus Academy et LHH : un actif sur deux souhaite changer de métier depuis l'avènement de la crise sanitaire !

Ce désir de reconversion concernerait notamment les 25-34 ans (62%).

Par ailleurs, la mobilité des salariés avait aussi été freinée par les confinements : la prudence invitait à rester en poste dans son entreprise actuelle malgré des envies d’ailleurs. Et cette prudence n’a désormais plus cours.

Alors comment faire pour attirer les candidats qualifiés ? En premier lieu, les entreprises qui recrutent doivent soigner plus que jamais leur marque employeur pour être attractives. Ensuite, elles doivent proposer une expérience candidat positive, différenciante et surtout transparente, qui concrétise les promesses annoncées par la marque employeur.

Et naturellement, les offres d’emploi se multipliant de façon exponentielle, il est nécessaire de démultiplier les façons de se rendre visible auprès des candidats. Ces exigences impliquent pour beaucoup l’initiation d’une véritable réflexion sur les performances des processus et des outils utilisés pour recruter jusqu’à maintenant. 

Philippe de Rosnay est le co-fondateur et CEO de Beetween

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que l'auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de CleverConnect. 

Publié par Philippe de Rosnay juillet 13, 2021
Philippe de Rosnay